A Bogota, des manifestants méditent pour la paix

Alors que les médias nous relatent les récits de violences et de pillages qui ont altéré les manifestations massives qui ont eu lieu le 21 novembre 2019 dans toute la Colombie, il est important de souligner que, avant d’être appelé « manifestants », les Colombiens sont en grande majorité des résistants pacifiques.
Parmi eux, une centaine de femmes et d’hommes, vêtus de blanc, ont marché en silence et médité pour la paix à Bogotà, . Andréa, qui faisait partie du cortège, explique :
« (…) nous suivons l’héritage de Gandhi, de Martin Luther King et du grand maître zen Thich Nhat Hanh qui a inspiré des milliers d’êtres dans le monde à la révolution pacifique, à la non-violence« .

Organisé par Sangha Bogotá – Colombia une association de méditation en pleine conscience pour la paix dans le monde, cette marche méditative est le symbole « d’un cri pour la paix, en silence ».

Aujourd’hui 21 novembre, comme tous les jeudis, c’est le jour de s’arrêter, de respirer, de partager et de partir en méditant à côté de la Sangha (communauté de pratique) dans la tradition de Thich Nhat Hanh et plum village pour trouver la paix intérieure qui fonde la Construction de paix dans la société.

A quelques pas de là, sur la place Bolivar, Luis Fernando Arias, un des leaders des peuples indigènes, déclarait, « Nous espérons que la violence cesse dans nos territoires (…) que la paix soit mise en œuvre et qu’on arrête de nous tuer ».


 » Promets-moi,
Promets-moi aujourd’hui,
Promets-moi maintenant,
Quand le soleil est au-dessus de nos têtes
Exactement au Zénith,
Promets-moi :
Même quand ils te frappent
Avec une montagne de haine et de violence,
Même si tu te fais piétiner et que tu te fais écraser
Comme un ver,
Même quand tu te démembrement et que tu étriper,
Souviens-toi, mon frère
Rappelez-vous : L’être humain n’est pas notre ennemi.
La seule chose digne de toi, c’est la compassion,
Invincible, illimité, inconditionnel.

 » la haine ne te laissera jamais affronter
L’animal sauvage qu’il y a dans l’homme.
Un jour, quand tu te affrontes seul à cet animal sauvage,
Avec ta valeur intacte, tes yeux pleins de bonté,
Calmez-vous,
(même si personne ne peut les voir),
De ton sourire
Une fleur s’ouvrira.
Et ceux qui t’aiment
Ils te verront
Traverser dix mille mondes de naissances et de morts.

 » juste à nouveau,
Je vais marcher avec la tête penchée,
Sachant que l’amour est devenu Éternel.
Sur le long et dur chemin,
Ils continueront à briller
Le soleil et la lune. »

« Recommandation »- poème écrit par Thich Nhat Hanh, en pleine guerre du Vietnam, 1965

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *