Escalade : la voie intérieure

Contrôle des émotions, gestion de la peur, courage et enracinement, l’escalade est l’activité sportive qui nous permet d’accéder à une part cachée de nous-même. Pratiquer l’escalade en salle ou dehors apporte bien-être et satisfaction.
A flanc de montagne, entouré de forêt et d’une large communauté qui encourage les plus frileux, on adopte l’esprit !

Escalade et yoga : trouver la complémentarité

Pas besoin d’avoir de gros bras pour faire de l’escalade. Par contre, avoir un mental d’acier est essentiel. Et ça se travaille. L’escalade c’est un défi. Chaque voie, peut être faite 10 fois, elle sera toujours différente. Parmi les plus grandes difficultés, la peur de la chute. Toute a fait naturel, puisque le cerveau identifie un danger potentiel, l’amygdale se met en branle. Oui, sauf que ce que l’on oublie c’est que l’on est accroché à une corde avec un partenaire en bas qui prend soin de nous.  Mon ami continue de m’avertir : «  pas de chute, pas de progrès ». Un peu comme dans la vie.

Les émotions peuvent être très intenses, et puis, avec du temps et de la patience, on apprend à écouter son corps plutôt que sa tête. On accueille avec plus de délicatesse les pensées envahissantes, on les trie et on rationalise.

Une fois son baudrier sur les hanches, on est à 100% dans l’instant présent. La pratique en elle-même permet une grande conscience de ses mouvements, mais aussi de son environnement. Le vent, le soleil, et aussi le paysage une fois atteint le dernier point. La connexion corps-esprit est unique.

Les points d’appui, le placement des pieds notamment, est le plus important, finalement, on peut travailler son ancrage même à 20 mètres de hauteur.  On joue avec la gravité et on ne lâche rien. Avec de la persévérance et une bonne rigueur, on progresse rapidement.

« En escalade sur la roche, on est tout seul avec son esprit, mais il y a aussi toute une communauté en bas des voies. »

Un anti-dépressif naturel

L’escalade c’est un peu l’école de la vie. On apprend l’écoute, la patience et surtout la confiance en soi et en les autres. La solidarité dans la communauté des grimpeurs est une valeur fondamentale, et cela tous niveaux confondues.

Dans les Rocheuses Canadiennes, l’un des spots les plus réputés au Canada pour l’escalade en falaise, j’ai rencontré Thomas. Originaire de Montréal, il est venu une première fois quelques mois en 2018 près de Banff, avant d’y poser définitivement ses valises. Pour lui, l’escalade a joué un rôle crucial dans son bien-être mental. « Au Québec, j’étais timide et réservé. Ma vie était assez sombre. » 

Les doigts écorchés et plein de magnésie, Il fait son nœud de huit et observe sereinement sa prochaine voie.

« L’escalade m’a permis de m’ouvrir aux gens, de gagner en confiance et de me fixer des objectifs.
J’ai des projets, comme cette 12a, quelques mouvements à affiner et je vais la « sender » (càd. la terminer sans chute).  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *