Parles-tu Yogi ? Dico express

Comme beaucoup de monde, le premier cours de yoga peut sembler compliqué. Voir incompréhensible. Le jargon, les positions. On ne va pas se mentir, on n’aime pas forcément le Yoga la première fois. Pensez à votre première assiette de brocolis. Ça peut faire un peu le même effet. Les courbatures en plus le lendemain. On grince des dents et on a envie de se faire tout petit quand l’enseignant vient nous glisser « respire »…

Voici un petit guide pour vous permettre d’y voir plus claire, et, peut-être d’améliorer votre relation à la pratique. Le monde du Yoga est vaste et complexe. Si l’on souhaite étendre sa pratique et faire plus que des simples étirements, il faut commencer par intégrer certains concepts et comprendre ce que l’enseignant insinue quand il balance ces mots alambiqués.

 

 

Vinyasa, hatha, ashtanga …

Sur les calendriers des cours studio, on peut trouver différents termes. Pas évident de savoir à quel cours se rendre. La première on y va un peu par hasard. Il existe un grand nombre de type de Yoga. Avant de trouver celui qui nous correspond le mieux, il faudra cerner ses besoins et comprendre les particularités de chaque types. Le Hatha Yoga est l’essence même du Yoga. L’objectif est d’atteindre l’équilibre entre le corps, l’esprit et l’âme à travers les postures et la respiration.

De là, découle le Vinyasa, qui repose sur la synchronisation du mouvement et la respiration. Chaque séance est différente et l’enseignant va proposer des séquences en fonction de ce qu’il souhaite approfondir.  

Le Ashtanga, ou Yoga des 8 membres, suit des séries codifiées rendu célèbre par Pattabhi Jois. Les postures sont toujours effectuées dans le même ordre. Il existe 6 séries dynamiques (en 10 ans, je suis toujours à la 1ere série, on s’accroche !)

Le Yin Yoga, est un Yoga doux, ou les postures sont tenues durant plusieurs minutes dans l’objectif d’atteindre un relâchement total.

Sans compter sur le Kundalini : yoga de l’énergie sacrée, Bikram : Yoga chaud, Yoga Nidra : relaxation profonde…Il y en a pour tous les gouts !

Asanas

On ne peut pas faire de yoga sans asanas. En effet, les asanas sont les postures. Plusieurs postures bout à bout forme un Vinyasa. Les noms, tiré du sanskrit sont parfois difficile à comprendre. Avec le temps, on arrive à découper chaque syllabe des postures, et on peut dire qu’on parle sanskrit ;).

Exemple :   Balas-ana : Posture de l’enfant, Tadâs-ana : Posture de la montagne, Virabhadra-sana I : Posture du guerrier 1.

Prana – Pranayama

Tiré du sanskrit, on traduit le Prana comme l’énergie subtile contenue dans l’univers. Pour nous, petit Yogi, le Prana est l’énergie vitale qui traverse notre corps, qui entre et qui en sort. L’association de la respiration et des asanas,  va permettre d’accueillir l’énergie et de la faire circuler à travers les nadis, qui l’on peut comparer à des méridiens. C’est pourquoi, pratiquer le yoga sans la respiration, n’est pas du yoga. Il me semble que les pranayamas devraient enseigner au même titre que le Yoga. Les pranayamas sont des techniques de maitrise et d’allongement du souffle permettant de faire circuler l’énergie vitale. Selon les Yoga-sutras de Patanjali : II, 49 «…le Pranayama est l’arrêt des perturbations de la respiration. »

Bandhas

« Engagez Mula, Uddiyana et Jalandhara Bandhas » est souvent introduit au début du cours. Tiré du sanskrit, bandha signifie verrouiller. Cette action de verrouillage permet de contrôler l’énergie Prana. Mula Bandha se situe au niveau des muscles du plancher pelvien et active le chakra racine. Uddiyana bandha se situe au niveau de la ceinture abdominale et active le chakra du nombril. Jalandhara s’active au niveau de la gorge alors que le menton et la poitrine se rapproche pendant une expiration et active le chakra de la gorge.
Activer ses bandhas durant l’ensemble de la pratique n’est pas chose aisé. On commence avec les pranayamas, avant de les appliquer durant la pratique des asanas. Demandez conseils à votre enseignant !

Ujjayi

Le souffle de l’océan. Vous pourrez être surpris d’entendre vos voisins de tapis respirer de façon intense. La première fois, je pensais que l’enseignant avait mis une musique de fond. En sanskrit, on la traduit « ooh-jah-yee » par « la victorieuse ». C’est en effet une technique de contrôle de la respiration. Un souffle profond et régulier qui respecte la cadence des mouvements. Pour aider, pensez à la respiration d’un bébé en plein sommeil. La respiration se fait uniquement par le nez, en contractant légèrement la glotte.  L’idée est d’aligner inspiration et expiration sur le même rythme. Au bout de quelques minutes de pratique, on peut déjà ressentir les effets : détente et concentration.

Guide d-aventures positives et expériences bien-être
Photo by Content Pixie on Unsplash

Je ne fais pas du Yoga pour devenir plus souple. Je pratique le yoga pour créer de l’espace.

Je ne fais pas du Yoga pour arriver à tenir sur les mains. Je pratique le yoga pour améliorer ma perspective.

Je ne fais pas du Yoga pour garder la ligne. Je pratique le yoga pour aligner mon esprit, mon corps et mon âme.

Pratiquer le yoga demande de la patience. On n’est pas là pour gagner un marathon. C’est l’enseignement d’une vie. Les préceptes peuvent être complexes, surtout pour des occidentaux. Lire et échanger avec ses enseignants est la meilleure façon d’approfondir sa pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *